Comment prendre soin de soi quand on n’a plus 20 ans ?

Prendre soin de sa santé et donc de soi quand on n’a plus 20 ans n’est pas toujours simple à appliquer. Pourtant, ce défi tient plus de la volonté de ne pas vieillir trop vite que des produits « miracles« , vous proposant la jeunesse éternelle.

Voici donc quelques conseils pour avancer sur le chemin (et le bon !) des seniors !

Senior parce qu’on n’a pas tous les jours 20 ans

La santé est le bien le plus précieux que l’on possède tout au long de notre vie. Cela peut sembler évident, toutefois, nous sommes nombreux à la négliger sous prétexte que l’on est encore trop jeune pour s’en inquiéter ! Mais comme le dit si bien le proverbe : « On n’a pas toujours vingt ans ! »

Certes, nos conditions physiques ne sont évidemment pas les mêmes que l’on ait 15 ans, 25, 40, 50 ans ou au-delà mais une chose est sûre : plus tôt on s’en occupe, plus on aura de chances de bien vieillir.

Pour cela, voici comment s’y prendre et par où commencer ?

Quand devient-on un « senior » ?

Pour répondre à cette question, on considère l’âge légal d’un sénior en fonction de son activité professionnelle ou de son statut social.

  • Si vous êtes un sportif, vous êtes parfois déjà « trop vieux » à 23 ans pour exercer certains sports comme l’athlétisme par exemple,
  • Si vous êtes un salarié, les recruteurs estiment qu’à partir de 45 ans, vous n’êtes déjà plus dans les startings-blocks d’après leurs études marketing,
  • A 50 ans, vous devenez un senior pour la société car vos besoins ne sont plus les mêmes,
  • Pour l’Etat, la soixantaine détermine l’âge de votre retraite,
  • Et l’on devient un senior pour le médecin dès 70 ans.

En un mot, selon les époques (au Moyen-Age, on était vieux avant 30 ans), l’augmentation d’espérance de vie (79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes en 2018 en France) ou encore selon la pénibilité au travail (allégée par la robotique) … Nous devenons « senior » à partir du moment où l’on ne rentre plus dans les cases de la société actuelle.

Pourtant, à bien des égards, le « senior » a encore de bien belles années devant lui pour partager son expérience, son savoir-faire, son expertise ou tout simplement pour profiter de sa capacité à être heureux, sans se sentir forcément vieux.

C’est en cela que bien prendre soin de soi et donc de sa santé demeure primordial.

Comment s’y prendre pour avoir une bonne santé ?

Si l’on considère que l’âge légal du départ à la retraite est en recul permanent, on peut se demander effectivement, si l’on aura nous-aussi, le temps de bien profiter des quelques années restantes. Le capital santé devient ainsi, l’élément essentiel au bon fonctionnement de la vie quotidienne. Il se fera de plus en plus rare et seuls ceux qui sauront s’en occuper en amont, auront la chance de vieillir en douceur.

Par conséquent, voici quelques conseils et astuces qui vous aideront à mettre en place un « plan capital santé » pour continuer de sourire encore longtemps à la vie.

Entretenir sa condition physique pour bien vieillir

On n’a rien sans effort. Quoi que l’on fasse, chaque tâche, chaque activité ou chaque action (comme celle de faire le ménage ou la cuisine par exemple), implique automatiquement un effort physique et mental. Entretenir sa condition physique est donc indispensable.

Pour que nos muscles fonctionnent, notre cerveau a besoin d’oxygène et nos membres, de nutriments leur apportant tout ce dont ils ont besoin. Une alimentation saine et équilibrée est inévitablement nécessaire. La qualité d’un bon sommeil réparateur n’est pas à négliger non plus ainsi que des visites régulières chez votre généraliste (tous les 3 mois après 60 ans), et de façon plus rapprochée en cas de maladie particulière.

Avoir une bonne alimentation pour une santé de fer

Prendre soin de soi en faisant de l’exercice ou quelques activités physiques, tout en mangeant correctement sont les bases déterminantes de votre bien-être face au vieillissement.

Avoir une alimentation variée, sans excès mais sans privation n’a rien de compliqué. Soyez raisonnable dans le choix de vos menus, essayez de privilégier le local et les produits frais, en consommant davantage de fruits et légumes, hydratez-vous et faites-vous plaisir avant-tout.

Quant à l’activité physique ou sportive, c’est à tout âge qu’elle est recommandée. On peut démarrer à 50, 60, 70 voire même 80 ans et plus, à partir du moment où l’on est bien encadré ou conseillé par un professionnel. Dans certaines villes ou communes, vous pouvez même vous rapprocher de certaines associations qui proposent des activités gratuites en fonction de votre âge et de vos aptitudes. Partager avec les autres ou faire ensemble un peu de sport devient tout-de-suite plus facile et contribue également à l’épanouissement de soi.

Être curieux, l’esprit toujours en éveil en faisant travailler ses neurones

L’épreuve de la cinquantaine ou de la soixantaine où l’on nous a fait comprendre que nous sommes « bons pour la casse » est parfois difficile à passer.

Les rides s’installent, les cheveux virent au platine, les enfants sont partis, les anciens collègues de travail sont trop occupés pour nous répondre au téléphone… Bref, nous voici face à nous-mêmes, prêts à nous ouvrir sur une autre vie. Oui, parce que nous avons beau avoir de l’âge, il n’en reste pas moins que dans notre tête, nous sommes toujours aussi jeunes qu’à vingt ans !

Et justement ! Parlons-en de cette tête bien pleine et bien faite.

Rester en éveil de façon permanente en se servant de notre curiosité aiguisée aide souvent à ne pas s’enliser dans une routine ou une sédentarité malsaine. L’important est de ne pas s’isoler ou de laisser son cerveau s’endormir.

Jeux de société, jeux de lettres, jeux de mots, quiz … Tous ces loisirs existent pour tous âges et toutes les connaissances sur le net comme à la maison. Disputer une partie de Scrabble par exemple, en ligne ou sur un plateau chez nous, incite à la réflexion, éveille l’instinct qui est en nous (tout le monde veut gagner !), fait travailler la mémoire et bien d’autres choses encore. En vieillissant, jouer n’est pas seulement ludique, c’est utile !

Prendre soin de sa beauté intérieure et extérieure

On voudrait nous faire croire que devenir ou être un « senior », reviendrait à ne plus s’occuper de soi et donc à se négliger, laissant au placard maquillage, robes ou costumes, préférant traîner plutôt en robe de chambre et chaussons toute la journée.

Et pourquoi pas si l’on se sent mieux ainsi ? L’essentiel étant de savoir s’habiller et de se pouponner, quand il le faut selon les circonstances ou les occasions.

Les seniors d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier comme en témoigne la mode actuelle des « quincado » (personne qui adopte un look et un style de vie ado après cinquante ans), très en vogue en ce moment. Sans doute, une façon particulière de « renaitre à la vie » ou de « vibrer » autrement, tout en s’amusant.

Toute une vie à fleur de peau

En ce qui concerne notre beauté extérieure, notre peau malgré les rides et les ridules, (symboles de nos rires, bonheurs ou chagrins) réclame elle-aussi un minimum d’attentions. Si l’on veut éviter les ravages du temps, il ne faut pas se leurrer, aucune crème ou poudre de perlimpinpin ne viendra nous redonner la jeunesse éternelle !

Cependant, cela ne signifie pas pour autant que notre peau est terne ou flasque. Commencer sa journée par un bon nettoyage de peau dès le matin et un autre au coucher nous permet facilement à garder un teint frais et souple, d’autant que l’on en connait parfaitement bien la texture, le grain ou le comportement pour l’avoir traitée depuis la puberté, période sensible de l’épiderme.

Et si les petites taches brunes disgracieuses qui apparaissent avec l’âge, nous insupportent, pourquoi ne pas tout simplement se rendre chez une esthéticienne ? Elle saura mieux que quiconque nous conseiller et prodiguer tous les soins nécessaires à l’éclat de notre beauté.

Être le « senior » de ces bois…

En conclusion, être un « senior » ou comment bien vieillir n’est donc plus une sinécure, si l’on décide de s’y préparer un peu chaque jour (comme le ferait un champion).

Une nouvelle vie peut commencer alors, parsemée de calme et de sérénité pour certains, de sports, voyages ou d’aventures fantastiques pour d’autres… Mais dans tous les cas, on devra dorénavant compter sur les 7 à 90 ans pour ne plus avoir à dire « de 7 à 77 ans » !

Alors, qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?