Les différents types de piercings et les soins qui s’imposent

À partir des années 2 000, le piercing s’est largement démocratisé pour devenir un bijou à part entière. Longtemps considéré comme marginal, cet accessoire est aujourd’hui perçu comme une arme de séduction et comme moyen d’exprimer sa personnalité. En outre, il peut être porté n’importe où sur le corps et offre le choix entre une infinité de modèles différents.

Un peu d’histoire…

Au niveau mondial, de nombreuses cultures ont eu recours au piercing à travers les siècles. Pour ces dernières, l’idée d’apposer une empreinte sur le corps résulte de motivations variées. Certaines tribus indiennes d’Amérique du sud pensent que cet ornement développe les qualités du corps. Lorsqu’ils percent le nez, ils pensent affiner l’odorat. Lorsqu’ils percent l’oreille, ils font naître une nouvelle oreille symbolique. Enfin, lorsqu’ils percent la lèvre, ce sont les capacités oratoires qu’ils souhaitent améliorer.

Dès l’antiquité, d’autres grandes civilisations, à l’image de l’Egypte pharaonique, percent les oreilles des femmes pour des raisons purement esthétiques. Pour les grecs et les romains également, les boucles d’oreille sont en argent ou en or et ornées de pierres précieuses. Au moyen-âge et au delà, les boucles d’oreilles accompagnent très régulièrement les colliers et les bagues et s’affichent comme de vrais bijoux à part entière.

Aujourd’hui, même si la boucle d’oreille est de loin le plus répandu, le piercing offre de très nombreuses possibilités. C’est au cours des années 1 970 et au sein de la communauté gay américaine que s’est développé cette pratique sur les autres parties du corps. Il a ensuite gagné l’Europe en s’affichant au sein des milieux artistiques, sur des mannequins de Jean-Paul Gaultier autour des années 1990 par exemple. D’autres célébrités internationales ont également contribué à l’essor du piercing à l’image de Madonna. Actuellement, où qu’il soit sur le corps, le piercing est bel et bien considéré comme un ornement et répond à un objectif purement esthétique. L’effet provocateur qu’il pouvait susciter a complètement disparu. Désormais, ce bijou est apposé sur toutes les parties du corps de personnes de tous âges et issus de tous les milieux.

Comment choisir l’emplacement de son piercing ?

Les possibilités sont nombreuses et les bijoux très variés. Le choix de la zone du corps à percer doit être mûrement réfléchi. Chaque type de piercing peut exprimer un trait de votre personnalité et susciter un impact différent. Par exemple, le perçage de l’oreille, de la lèvre ou de l’arcade implique que votre piercing soit visible par tous et en permanence. Au niveau du nombril, il s’avère plus discret et installe une petite touche d’érotisme.

Finalement, le piercing vous permet d’affiner et de personnaliser votre look. C’est pourquoi sa réalisation doit être précédée d’une réflexion. Même si cette décision est, à la différence du tatouage, réversible.

Les différents types de piercings et leur délai de cicatrisation

L’aspect esthétique est le premier critère de choix de la zone de votre piercing. Mais il n’est pas le seul puisque vous devez également prendre en compte le temps de cicatrisation qui varie fortement selon les différentes parties du corps.

Le piercing au nombril

C’est dans les années 1 990 que le piercing nombril a connu le début d’un essor fulgurant. A l’origine de ce succès, des mannequins, dont la célèbre Naomi Campbell, qui exhibèrent cet ornement à la fois discret et érotique lors de défilés de mode. D’autres stars ont relayé cette mode qui a su convaincre des milliers d’adolescentes et de jeunes femmes. Aujourd’hui, les femmes mûres se laissent également séduire.

Ce piercing est réalisé sur la berge de l’ombilic. Il s’agit de la peau située sur la partie supérieure du nombril. Plus rarement, le perçage peut être réalisé au dessous du nombril. Le délai de cicatrisation varie de 6 à 12 mois selon les peaux. En effet, toutes ne manifestent pas les mêmes capacités à cicatriser. Lorsque c’est le cas, vous pouvez changer le bijou pour suivre vos goûts et vos envies.

Le piercing oreille

Le piercing du lobe de l’oreille est la forme la plus répandue. Mais ce n’est pas la seule puisque l’on retrouve également l’hélix, le tragus, le snug, le conch, le rook, le daith, l’industriel ou encore l’orbital.

Le piercing du lobe de l’oreille est réalisé à l’aide d’un pistolet ou d’une aiguille. Les premières boucles d’oreille, en acier chirurgical, doivent rester en place durant toute la période de cicatrisation qui est d’environ 6 semaines. Entre 3 et 6 mois selon les peaux, on peut réellement attester que la cicatrisation est complète et que le lobe est prêt à accueillir un nouveau bijou.

Le piercing hélix, également appelé piercing cartilage, est réalisé à l’aide d’une aiguille car le pistolet pourrait endommager l’oreille. À savoir qu’il est impossible de poser un anneau au moment du perçage car les tissus, qui gonflent, seraient opprimés par cet ornement. Ce piercing affiche un délai de cicatrisation complète de 6 à 12 mois.

Le piercing tragus est très courant. Là aussi, l’aiguille perce le cartilage et la cicatrisation complète impose un délai de 6 à 12 mois. Il s’agit d’un piercing délicat car plutôt sensible aux infections. En outre, son emplacement rend difficile le passage du coton-tige ou l’insertion des écouteurs durant la période de cicatrisation.

Le snug est un piercing particulièrement douloureux car la zone de cartilage traversée par l’aiguille s’avère plutôt épaisse. En outre, le délai de cicatrisation peut atteindre 12 mois.

Le conch implique également le passage d’une aiguille à travers une zone de cartilage épaisse. Cet acte s’avère donc douloureux et la cicatrisation plutôt longue. De plus, il s’agit d’un piercing très exposé aux frottements.

Le piercing rook concerne une zone de cartilage à l’intérieur de l’oreille plus ou moins accessible selon les personnes. Sensible aux frottements, il affiche un délai de cicatrisation de 3 à 12 mois.

Le piercing daith est très prisé en termes d’esthétique mais on lui prête également des vertus curatives sur les migraines. Le délai de cicatrisation est de 3 à 12 mois.

Le piercing industriel est un double piercing sous forme de barre reliant les deux extrémités supérieures de l’oreille. À savoir que cette barre n’est pas installée au moment du perçage mais à l’issue de la cicatrisation. Celle-ci implique donc la guérison de deux perçages et des soins deux fois plus contraignants.

Enfin le piercing orbital consiste à réaliser deux perçages pour un seul et même bijou. Cela signifie qu’un anneau, par exemple, traverse le cartilage ou le lobe à deux endroits différents.

Et l’écarteur ?

L’écarteur oreille consiste à élargir le trou percé au niveau du lobe de l’oreille. Cet écartement se fait de manière progressive à l’aide de piercings spécifiques de différentes tailles.

Chez le perceur, le trou fraîchement réalisé affiche un diamètre de 1.2 mm. Avant d’y insérer le premier piercing écarteur, vous devez attendre la fin de la cicatrisation donc 2 mois minimum. Par la suite, vous enchaînerez les différents écarteurs en augmentant leur diamètre de manière progressive jusqu’à atteindre le résultat souhaité.

À savoir que tous ces piercings d’oreilles proposent de nombreuses variantes. Chacun d’entre eux suscitent un grand intérêt esthétique pour les adeptes qui doivent accepter des contraintes plus ou moins lourdes.

Le piercing langue

Aujourd’hui, le piercing sur la langue est perçu comme un instrument de séduction. Cette zone offre plusieurs possibilités qui dépendent toutefois de sa largeur et de son épaisseur. Le piercing le plus courant n’est autre qu’une barre verticale traversant la langue. Il est très rare mais possible de voir des piercings traversant la langue à l’horizontale.

Ce type de piercing se réalise à l’aide d’une aiguille et implique un délai de cicatrisation de 6 semaines. Cette dernière impose des soins scrupuleux.

piercing langue

Le piercing lèvre

Le piercing lèvre est également très courant. Il offre de nombreuses possibilités à différents endroits sur cette zone du visage. Chacune d’entre elles porte un nom différent et impose des soins scrupuleux pour un délai de cicatrisation n’excédant pas une dizaine de semaines.

Le piercing nez

Plusieurs possibilités également pour le piercing au nez. Vous avez le choix entre un perçage classique sur une aile du nez, un piercing septum ou un piercing bridge.

Le piercing septum consiste à percer la cloison nasale pour y faire passer un anneau. Le piercing bridge est réalisé au sommet du nez. Il crée une sorte de pont visuel entre les deux yeux. À savoir que ce dernier n’est pas réalisable chez tout le monde car certaines formes de nez ne le permettent pas.

Le piercing nez classique affiche un délai de cicatrisation de 4 à 6 mois qui s’écourte à environ 8 semaines pour le piercing nez anneau.

À savoir qu’une fois cicatrisé, le piercing au nez se rebouche très rapidement. Il convient donc de ne pas le laisser libre plus de quelques heures au risque de ne plus pouvoir insérer de bijou.

Le piercing téton

Le piercing téton femme ou homme peut être réalisé de manière horizontale ou verticale. Beaucoup moins populaire que les formes de piercing précédentes, il est souvent motivé par un désir d’optimiser la sensibilité de cette zone érogène. Les adeptes lui prêtent également un effet visuel excitant. De par cet aspect, il rejoint les piercings réalisés sur les parties génitales.

Il faut compter au moins 6 mois pour une cicatrisation complète. Chez certaines personnes, le piercing au téton peut afficher un délai d’un an voire plus. Ce délai dépend du type de peau et des sollicitations exercées sur cette partie du corps.

De nombreuses autres zones du corps peuvent être ornées d’un piercing. Poignet, main, hanche, arcade, cou, tout le monde peut exprimer ses différences et sa personnalité en choisissant sa zone de perçage. Le vaste éventail de choix dans les bijoux permet encore de personnaliser son look et de parvenir à un style unique.

L’hygiène et les soins, deux notions indissociables du piercing

Un piercing bien réalisé, sain et durable impose une réelle expertise, une bonne cicatrisation et des soins scrupuleux.

Un acte qui doit être réalisé par un professionnel

La réalisation d’un piercing impose des conditions d’hygiène strictes et une réelle expertise. C’est pourquoi vous devez impérativement vous référer à un perceur professionnel. Seul ce dernier est à même de le réaliser dans des conditions optimales et avec du matériel stérilisé et parfaitement adapté. En outre, il est en mesure de vous expliquer en détails les soins post-piercing.

Si le piercing n’est pas réalisé dans de bonnes conditions, les conséquences peuvent s’avérer désastreuses. Et pas seulement du point de vue esthétique puisque les risques d’infections graves sont alors très présents.

Les soins post-piercing

De quelques semaines à plusieurs mois, la cicatrisation impose des règles d’hygiène strictes pour limiter les risques d’infections et autres complications.

La première d’entre elles consiste à se laver les mains avec du savon avant de manipuler son piercing. Celui-ci doit être nettoyé plusieurs fois par jour avec le produit que vous aura conseillé votre perceur. Pour un nettoyage efficace, il convient de faire glisser délicatement le bijou dans son emplacement de manière à éviter l’amas de croûtes et autres résidus. Le piercing doit ensuite être séché avec un linge propre et doux.

À savoir que les disques de coton ne doivent pas être utilisés pour les soins du piercing car de petits résidus pourraient se faufiler à l’intérieur et provoquer une infection.

Durant la période de cicatrisation, la baignade est déconseillée. Elle risquerait de retarder la cicatrisation. En outre, la prothèse chirurgicale ne doit pas être retirée avant cicatrisation complète car le trou pourrait se reboucher très rapidement. Un changement de bijou prématuré pourrait quant à lui provoquer une infection.

En cas d’évolution anormale, il ne faut pas attendre avant de consulter un médecin. En effet, une éventuelle infection impose une réaction instantanée pour éviter des complications plus importantes.

À l’issue de la période de cicatrisation

À l’issue de la période de cicatrisation, les risques d’infection sont désormais quasiment nuls. Cependant, vous devez quand même porter une grande attention à votre piercing. Vous pouvez changer de bijou à volonté mais à chaque insertion, ce dernier doit être impérativement désinfecté.

Au quotidien, votre piercing doit être nettoyé à l’eau et au savon à chaque douche. Il ne doit pas être enlevé trop longtemps pour éviter que le trou ne se rebouche. Cependant, certaines situations doivent vous obliger à le retirer. Le piercing au nombril, par exemple, doit être extrait pour certaines activités sportives au cours desquelles vous pourriez l’accrocher et vous blesser.