Alimentation Santé

L’ayurvéda au secours de la constipation chronique

L’ayurvéda au secours de la constipation chronique
2.7 (53.33%) 3 votes

Depuis des milliers d’années, la médecine ayurvédique, tout comme la médecine traditionnelle chinoise, accorde un soin particulier à la santé du côlon. Ces sciences ancestrales considèrent en effet que la santé globale de l’organisme passe inexorablement par la santé intestinale.
Reconnue comme une des trois médecines traditionnelles majeures par l’OMS, l’ayurvéda, cet art de soigner indien, considère que nous sommes tous nés avec une constitution individuelle et unique, équilibre subtil de trois énergies fondamentales, vâta, pitta et kapha, appelées les Doshas. Cette constitution, cette combinaison de Doshas, est notre identité et un point fixe qui nous accompagnera sur tout le chemin de la vie. Mais elle est surtout la base de notre santé, et le moindre déséquilibre ou dérèglement de cette constitution se traduit par la maladie, façon qu’à le corps de s’exprimer. 

La constipation chronique en ayurvéda.

La constipation est souvent considérée comme un problème insignifiant par la médecine occidentale. Pourtant, « la mort commence dans le côlon », disait Elie Metchnikoff, prix Nobel de médecine en 1908. Ses recherches sur l’immunité l’avaient en effet conduit à la conclusion que le vieillissement humain était intimement lié à l’accumulation de bactéries dans le côlon.
En ayurvéda, le problème de la constipation chronique est pris à sa juste mesure, c’est-à-dire avec beaucoup de sérieux. Car on considère qu’elle va provoquer une surcharge de toxines dans le corps, ou ama, tout en empêchant l’absorption correcte de l’énergie apportée par la nourriture, le prâna. Si rien n’est fait, le corps deviendra de plus en plus lourd et la sensation de fatigue évoluera vers une forme de léthargie plus profonde, contribuant sans aucun doute à l’apparition de maladies plus graves.
Selon les enseignements ayurvédiques, le côlon est le siège de vâta, l’une des trois doshas fondamentales qui fait partie de notre constitution, et souffrir de constipation chronique est dû à un excès de vâta engendrant un déséquilibre des doshas dans la constitution de base.

Causes et symptômes.

Bien souvent en ayurvéda, la cause d’un problème vient d’une alimentation inappropriée avec, dans le cas présent, la consommation de trop d’aliments induisant de l’énergie vâta. Mais pas que. Le manque d’activité physique et le rythme trop rapide de nos vies modernes engendrent stress et anxiété, deux phénomènes connus pour augmenter vâta dans le corps. De plus, bien souvent nous n’écoutons plus les besoins élémentaires du corps et l’habitude de réprimer ou de contenir un certain temps l’envie d’aller à la selle nuit à l’intelligence naturelle du corps, intelligence à laquelle croit profondément l’ayurvéda.
Grâce à ses centaines d’années de recul, la médecine ayurvédique a pu dresser une liste de symptômes permettant de définir un cas de constipation chronique :

  • Ne pas ressentir le besoin d’évacuer après 1 heure du réveil matinal.
  • Des selles de consistance dure et de couleur sombre.
  • Sensation d’évacuation incomplète des selles.
  • Ballonnements et gaz.
  • Perte d’appétit.
  • Mauvais goût dans la bouche et langue chargée.
  • Sensation de lourdeur dans le corps.
  • Fluctuation d’énergie avec sensation de fatigue.

Selon l’ayurvéda, souffrir d’un seul de ses symptômes permet de définir un cas de constipation, ou en tout cas, sa latence.

Les solutions proposées par l’ayurvéda.

L’alimentation.

La première façon de ramener l’équilibre dans les doshas se trouve dans la nourriture que nous absorbons, nourriture que l’ayurvéda envisage comme une vraie thérapeutique. Dans le cas de constipation chronique, nous l’avons vu, le problème se situe dans un excès de vâta. L’ayurvéda se basant sur le système des opposés, il va donc falloir éviter les aliments dits vâtagéniques.
Consommer des aliments secs, crus ou froids va aggraver l’excès de vâta. A l’inverse, vâta sera apaisé avec une alimentation basée sur des produits fraichement cuisinés, servis cuits et chauds. Les protéines, les matières grasses comme le ghee, le beurre clarifié utilisé en Inde, et les épices réchauffantes comme le cumin, le gingembre, la cardamome et le clou de girofle sont préconisées pour ramener de la chaleur et de l’humidité à l’organisme qui en manque cruellement lorsqu’il souffre d’un excès de vâta. Les fruits devront être mangés cuits, le café qui excite vâta sera bien sûr à exclure, de même que tous les aliments amers, astringents ou âcres.

Pavana Muktasana, la posture des vents.

La pratique du Yoga fait bien entendu complètement partie de la prise en charge globale ayurvédique. Certaines postures sont envisagées comme des pratiques thérapeutiques, et c’est le cas pour Pavana Muktasana. Si elle se traduit par la posture des vents, c’est parce qu’elle est connue pour aider à l’évacuation des gaz et participer à améliorer l’évacuation des fèces.
Elle est très simple à réaliser. Il suffit de s’allonger et, en laissant la jambe gauche tendue au sol, de ramener le genou droit à la poitrine en le tenant avec les mains. La posture doit être gardée le temps de 10 respirations profondes et conscientes, et bien sûr sera à exécuter avec l’autre genou. Puis il faudra ramener les deux genoux à la poitrine, en faisant attention de ne pas décoller le bas du dos du sol, et procéder de la même façon à 10 belles respirations.
L’ayurvéda recommande de pratiquer cette posture 3 fois pas jour en cas de constipation chronique.

Le Triphala.

L’ayurvéda utilise plus de 3000 espèces végétales différentes pour traiter les pathologies. On parle de Materia Medica ayurvédique, et le développement de l’ayurvéda en France a rendu ses trésors de la nature beaucoup plus accessibles.
Le Triphala est une combinaison de trois plantes ayurvédiques : l’amalaki, le bibhitaki, et le haritaki. Le Triphala a un effet laxatif mais ne perturbe pas la flore intestinale saine. Il régule et régénère le côlon. Il normalise la digestion et le métabolisme tout en permettant d’expulser les gaz de l’intestin plus facilement. Enfin, il permet de chasser les toxines, ama, de l’organisme.
Le Triphala se présente généralement en poudre à diluer dans un verre d’eau tiède. Toutefois le goût du Triphala peut être désagréable et il est possible de le trouver en gélules. Dans tous les cas, il conviendra d’en prendre chaque soir avant le coucher pendant environ 10 semaines.
Il faut noter cependant que le Triphala ne doit jamais être pris pendant la grossesse, et, bien sûr, la vision de l’ayurvéda ne doit en aucun cas exempter d’une visite chez son médecin traitant en cas de persistance du problème.