Un logement sur 4 affecté par des soucis d’humidité

Aujourd’hui, un logement sur 4 est affecté par des soucis d’humidité. Les conséquences qui en découlent peuvent parfois être dramatiques. L’excès ou la carence d’eau dans l’air impacte directement votre santé et la qualité de votre intérieur. Petit récapitulatif de tous ces maux engendrés par l’humidité qui incommode votre quotidien.

Les risques sanitaires liés à un fort taux d’hydrométrie

Le taux d’humidité dans une maison doit être compris entre 40 % et 60 %. Limites au-delà desquelles, peuvent apparaître des désagréments. La saturation en eau est due à un dysfonctionnement de la ventilation ou à une isolation défectueuse. Les recoins de la maison à l’origine du problème sont bien entendu les pièces d’eau, comme la salle de bain et la cuisine. Les dégâts occasionnés sont facilement identifiables.
La condensation se forme plus rapidement sur les parois froides. Le bois gonfle, pourrit et renvoie une odeur particulièrement nauséabonde. Les salpêtres endommagent les murs. Les vêtements mouillés ont du mal à sécher, accentuent le problème et s’imprègnent de cette émanation désagréable. Un air humide est plus difficile à chauffer. Les dépenses en énergie alourdissent alors considérablement la facture. Les micro-organismes prolifèrent et engendrent des moisissures, des taches sur les murs et des décollements de papiers peints. C’est le terrain de jeu idéal pour les acariens et les mérules, nuisibles au bien-être des locataires.

L’abondance d’humidité et la santé ne font pas bon ménage

Une maison saine est indispensable pour la santé de ses occupants. La présence excessive de vapeur d’eau favorise la multiplication des spores. Elle provoque une réaction en chaîne altérant l’équilibre de l’organisme. Des allergies se déclarent ou s’accentuent, provoquant des problèmes respiratoires, comme l’asthme. Elle peut également aggraver l’état d’un patient atteint de rhumatisme et d’arthrose. La fièvre, une conjonctivite, une bronchite et des défiances immunitaires peuvent également voir le jour. Les personnes les plus exposées par ces désagréments sont les enfants et les personnes âgées. Plus l’exposition est longue, plus les symptômes sont aggravés.

Une atmosphère faiblement chargée en H2O, vecteur de troubles

A contrario, un faible taux d’humidité a également des répercussions sur l’hygiène de vie. Elle est généralement associée à une mauvaise ventilation, un abus de chauffage ou une utilisation excessive du déshumidificateur. Cette insuffisance fait remonter la poussière et les particules fines dans l’air. Une fois ingérés, ces résidus provoquent un assèchement des muqueuses qui peut entraîner des toux, des rhinites, des maux de gorge et un dessèchement oculaire. De l’eczéma et des maux de tête peuvent également apparaître.
Rassurez-vous, rien n’est immuable. Il existe de nombreux moyens de s’en prémunir. Adoptez des gestes simples comme l’aération des pièces 10 minutes par jour. Vérifiez votre isolation et vos systèmes de ventilation (VMC)régulièrement. Investissez dans un déshumidificateur d’air électrique ou chimique, sans en abuser.

Plus de lecture : les meilleurs deshumidificateurs