Santé

La téléconsultation remboursée, comment ça marche ?

La téléconsultation remboursée, comment ça marche ?
Votez pour cet article

À compter du 15 septembre de cette année, il est possible pour chacun d’entre nous de consulter son médecin via internet tout en bénéficiant d’un remboursement au même titre qu’une consultation classique. Comment se déroulent ces téléconsultations et sont-elles réellement en mesure de remplacer les consultations classiques ?

La prise de rendez-vous

La téléconsultation est possible avec son médecin traitant ou avec un spécialiste accessible de manière directe tel qu’un pédiatre, un gynécologue ou encore un ophtalmologue. Cependant, il ne peut s’agir d’une première consultation. En effet, pour bénéficier de ce service, le patient doit avoir consulté au moins une fois le médecin qu’il sollicite. Cela signifie donc que ce dernier possède son dossier médical et connaît ses antécédents.

Si un patient ne possède pas de médecin traitant ou s’il n’est pas disponible alors que sa situation de santé l’exige, ce patient pourra alors se tourner vers un autre praticien pour une consultation en ligne.

La prise de rendez-vous s’effectue de la même manière que pour une consultation traditionnelle. Il suffit de bien préciser au médecin qu’il s’agit d’une téléconsultation. Ce dernier transmet ensuite un lien à son patient pour lui permettre de se connecter à un site ou à une application spécifiques pour réaliser la consultation en ligne.

À noter que cette téléconsultation doit être impérativement réalisée via un système sécurisé. Elle ne peut être menée dans d’autres circonstances. Le médecin doit donc être équipé de matériels et de logiciels adaptés pour préserver la confidentialité des données médicales.

Bien qu’extrêmement pratique pour les patients atteints de maladies chroniques ou résidant dans des zones de déserts médicaux, la téléconsultation n’est pas généralisée. Il faut donc s’assurer que son médecin traitant est en mesure de la réaliser pour pouvoir en bénéficier.

Les équipements indispensables

Pour bénéficier d’une téléconsultation, il faut être équipé d’un support numérique tel qu’une tablette ou un ordinateur. Il faut également posséder une caméra et une bonne connexion internet. Ainsi, la consultation en ligne peut se dérouler n’importe où.

Les patients qui ne disposent pas de tout ce matériel peuvent malgré tout bénéficier de ce service innovant. En effet, certains lieux publics tels que les EHPAD et les maisons de santé mettent à disposition des « cabines de téléconsultation ». Quant aux patients qui ne maîtrisent pas l’outil informatique, ils peuvent se faire aider par un infirmier ou un pharmacien depuis leur domicile.

Dans certains cas, le médecin peut exiger la présence d’un infirmier aux côtés de son patient. Ce dernier pourra alors se charger de l’auscultation. Le praticien est également en droit d’imposer à son patient de se rendre dans une cabine de téléconsultation pour bénéficier de différents appareils d’examen tels que le stéthoscope connecté. À terme, on devrait retrouver ces cabines dans toutes les pharmacies.

À savoir que le médecin est toujours en mesure d’imposer les conditions de réalisation de la téléconsultation. Parfois, il peut même refuser cette demande s’il estime que l’état de santé du patient impose une consultation physique.

Le déroulement de la consultation

Pendant la consultation en ligne, le médecin pose des questions à son patient de la même manière que lors d’une consultation classique. Cependant, ne disposant pas d’un examen clinique pour poser un diagnostic, le praticien doit pousser son interrogatoire pour pallier cette carence. Dans le cas d’une blessure ou de tout autre symptôme visible, le patient devra permettre au médecin de l’observer via la caméra pour qu’il puisse réaliser un examen précis.

Toujours au cours de la téléconsultation, il peut être demandé au patient de transmettre à son médecin divers documents comme des analyses médicales ou encore la photo d’une plaie. Parfois même, lorsque le malade se trouve dans une cabine de téléconsultation, il peut être amené à s’ausculter seul à l’aide du matériel à disposition.

En général, les téléconsultations sont utiles pour un renouvellement d’ordonnance, le suivi de santé d’une personne âgée ou d’une personne qui présente des difficultés à se déplacer. Mais lorsqu’il s’agit de pathologies graves, une consultation physique s’impose.

La délivrance d’une ordonnance

Lorsque la consultation en ligne s’achève, le médecin pose son diagnostic et établit une ordonnance. Celle-ci est transmise au patient par voie postale ou électronique à l’aide d’un logiciel sécurisé pour préserver la confidentialité des données. Les ordonnances issues d’une téléconsultation sont semblables à celles produites lors d’une consultation classique. Le médecin prescrit un traitement et d’éventuels examens plus poussés. Une ordonnance transmise par voie électronique doit être imprimée par le patient pour être apportée à la pharmacie.

La téléconsultation ne permet pas la lecture de la carte vitale. C’est pourquoi le médecin établit une feuille de soin qu’il se charge de transmettre à l’assurance maladie. Celle-ci pourra alors effectuer le remboursement auprès du patient. Sur le site internet de la sécurité sociale, ce dernier trouvera un compte rendu de sa consultation en ligne en se connectant à son compte personnel. Les nouvelles informations médicales révélées seront alors immédiatement enregistrées dans son dossier.

Le règlement et le remboursement

Le tarif d’une téléconsultation est le même que celui d’une consultation classique. Le règlement peut s’effectuer de différentes manières, chèque, virement bancaire ou paiement en ligne.

Les remboursements sont également les mêmes. La sécurité sociale prend en charge 70% du montant de la téléconsultation et la complémentaire santé les 30% restants. Concernant le remboursement des médicaments, aucune modification non plus.

À savoir que certaines entreprises privées emploient des médecins français pour effectuer des téléconsultations. Ces services sont généralement commercialisés par des assurances ou des mutuelles et ne sont pas remboursés.